La Place Saint-François

100_2846

 

Sur cette Place un couvent Franciscain a été construit  au XIII° siècle, abandonné à la Révolution et detruit, seule la Tour a subsisté. Saint Francois d’Assise est passé à Nice en 1214, il était religieux mais aussi troubadour et poète. L’art  le représente entouré d’oiseaux ou construisant une église.

 Le Palais communal (ancien Hotel de Ville), construit en style baroque italien a été abandonné en 1792, depuis 1893 la Bourse du Travail l’a occupé, en 2009 la Mairie l’a recupéré pour le restaurer.

100_2847

100_2850

 

 

 

 

 

 

— La rénovation de la Place va être entreprise, les façades et les bâtiments seront rénovés, la place sera rendue piètonne, pour l’instant tous les jours s’y tient un marché aux poissons.

100_2855

 

100_3044

 

La fontaine des Dauphins oeuvre du sculpteur niçois  César Chiavacci, érigée en 1938.

100_3131

 

 

 

Jardins Auguste Icart et Ruelle Saint André

Jardins Auguste Icart

100_2827

 

 

 

 

 

—- Appelèe aussi Plassa de Gourdouloun (ce nom proviendrait d’une vieille famille Gordolon), le nom de ce jardin fait référence au Conseiller Municipal élu en 1929, il procéda à l’assainissement de la Ville et notamment du Vieux Nice…

Sur cette petite place donne la Tour Saint-François, c’est la seule partie restante de l’Eglise du même nom et du Couvent des Franciscains à laquelle elle appartenait, en 1798 l’église et le couvent avaient été sécularisés ( sous la grande tour de l’horloge dans une cour à gauche on peut voir quelques voûtes gothiques c’est ce qu’il reste du couvent disparu de Saint François) . La tour comporte 194 escaliers, elle n’est pas visitable pour l’instant, mais la Mairie étudie la possibilité de futures visites. Au sommet de la tour flotte le drapeau Niçois.

100_2828

 

 

 

 

 

 

Ruelle Saint-André

–La Ruelle Saint-André est parallèle à la Rue Pairolière et est comprise entre celle ci et le Boulevard Jean Jaurès, c’est une voie tres étroite

100_2845

 

 

 

 

100_2844

 

 

 

 

 

 

 

Ruelle Saint-Martin et Rue Neuve

100_2818

 

 

Ruelle Saint-Martin

 

 

100_2819

 

 

 

 

 

—Cette ruelle porte le nom de l’Eglise Saint-Augustin-Saint-Martin.

—Rue Neuve :

Dans la continuation de la Ruelle Saint Martin et croisant la Ruelle Saint-Augustin : La Rue Neuve, ancienne Rue de la Vérité, c’est comme son nom l’indique une rue récente en comparaison au cadastre de la Vielle Ville, elle n’aurait été creusée qu’au XIX° siècle…

100_2822

 

 

 

Ruelle Saint-Augustin

Nous sommes Rue du Choeur, face à nous : la Ruelle Saint-Augustin qui mène à l’Eglise Saint Augustin  porte aussi le nom de Saint-Martin.

 

100_2821

 

 

 

 

 

La  Ruelle Saint Augustin longe l’Eglise du même nom

100_2823

 

 

 

 

 

 

 

 

1280px-Eglise_Saint-Martin_et_Saint-Mathurin,_Nice

 

 

Face à l’Eglise se trouve un monument à la gloire de Catherine Ségurane, héroïne Niçoise.L ‘Eglise trône au milieu de la Place Saint-Augustin qui se termine par la rue Sincaire où se trouve le Collège Catherine Séguranne, lieu que j’ai évité pendant une année  consacrée à courir les filles et aller à la plage, avant de terminer mes études au Lycée Masséna. Saint Augustin est une des plus anciennes paroisse de la ville et une des plus belles église de style baroque du Vieux Nice. L’église recelle une Pieta de l’atelier de Bréa. Luther y célèbra une messe en 1510.

 

100_2824

 

 

 

 

Rue Miralheti

e4826b198be7f85e09531c8925a21381

Rue Miralheti :

Descendons la rue Pairolière, en direction de la Place Saint François :

Jean Miralheti dont le vrai nom paraît être Miralhet, (diminutif de miralh, miroir) est le plus ancien des peintres primitifs niçois, maître de Bréa. Il est né en 1394 à Montpellier et acquit droit de vivre à Nice en 1418. De 1432 à 1444 il exerça son art en Provence et mourut en 1457, peu après, vraisemblablement à Marseille où il peignit une Annonciation entre sainte Catherine et saint Antoine pour la cathédrale de la Major . Il semble avoir été aussi tisserand et même nanti de quelque mission de diplomatie entre communautés (cf. A. Compan. Illustration du N. et du P. CCIII). On n’a conservé de lui que quelques retables de toute beauté, l’un à Toulon, l’autre à Marseille, le plus célèbre étant celui de Nice Notre-Dame de la Miséricorde dans la chapelle de ce nom au cours Saleya, ce tableau montre l’influence catalane sur l’art du peintre .

Au XIXe siècle, après l’aménagement du boulevard, cette rue prend le nom de « Aquedot ». Il renvoie, sans doute au canal qui depuis le XVIe siècle, conduisait l’eau de la source Saint-Sébastien voisine au lointain Palais Sarde .

100_2812

Rue François Zanin

551a8deb6df12

100_2817

Elle s’appela rue des tisserands

(dei Teissedou) puis en 1889 rue Pierre Sola et depuis 1913 rue François Zanin. Celui-ci, néà Nice en 1826, mort en 1886, fut entrepreneur de maçonnerie et conseiller municipal.

Au n° 5 de la rue se trouvait l’ancien hôpital de la Sainte-Croix fondé en 1636 par l’archiconfrérie des Pénitents blancs.
Presque en face sur la façade de l’ancien bar de la Treille se trouve une plaque commémorative de la fondation en 1925 de la « Ciamada Nissarda » à l’initiative de Jouan Nicola