Sahara – Vieux Nice


Dune-de-sable_reference

Dans les nuits de grande solitude, il arrive parfois que les gardiens des songes dans leurs guérites s’assoupissent. C’est l’instant que choisissent les démons cachés sous les voiles ouvragés des intentions propices. Ils se lèvent et surgissent au sommet des dunes de la lune, en direction des précipices, brandissant les armes jusque là dissimulées sous leurs gandouras brodées. Ils arborent leurs chèches en coton roulés sur le front, et dégainent leurs cimeterres dentelés. Lentement, en silence, avides de sang, ils descendent vers la ville aux murailles endormies élevant les fers au dessus de leurs têtes.
Sans bruit, corps noués ils glissent sur le sable comme des nefs de sel . Scorpions amers, chacals patients retenant leurs cris, ils envahissent les pistes, comme avant eux leurs frères de Carthage, ils ont dans l’âme la haine de l’étranger. Ces ombres assoiffées de débauche s’engouffrent dans les ruelles étroites et blanches où plus personne ne veille. Ils longent les jardins engourdis où de stupeur l’eau des fontaines se fige, et sous les moucharabiehs des belles alanguies, tels des fantômes ils se dressent aux aguets. Dans leurs yeux se lisent les désirs coupables que les dieux bannissent, la nuit complice les protège et leur livre leurs proies. En silence, ils attendent le signal du carnage dans l’ombre du minaret….
C’est l’instant que choisit ma voisine indélicate pour ouvrir ses volets…

Toussaint Sbreccia

Donner son avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s