La trêve de Nice ou le faux Congrès de Nice…


104825536 En 1538, François 1° et Charles Quint devaient se rencontrer à Nice pour discuter d’une paix future et ce par l’intermédiaire du Pape Paul III Farnèse, cette rencontre n’eût pas lieu en personnes. François 1° se tint à Villeneuve Loubet et Charles Quint déjourna à Villefranche.
Le Pape demanda à loger au Château de Nice, et là les Niçois firent acte d’affirmation de leur indépendance, ils refusèrent ce lieu au Souverain Pontife, et le Pape et ses cardinaux durent se refugier au Couvent de l’Observance, hors les murs donc.
La chronique de Jean Badat écrite en langue niçoise relate fidèlement ces faits, précisant que les notables niçois refusèrent l’accés au château en vertu du contrat de 1388 qui préserve l’indépendance du Port Franc de Nice. Par ce geste les Niçois réaffirmèrent l’existence du Duché de Savoie constitué des trois nations : Savoie, Pièmont et Nice, ainsi que le souligne cette riposte à l’égard de l’envoyé de Charles Quint :
« les raves de Savoie, le beurre de Pièmont et le pissalat de Nice ont formé une sauce telle que le diable lui-même ne pourrait en manger ! «
En 1538 Nice sauva l’existence de la dynastie de Savoie face au Roi de France (qui ne leur pardonna pas) au Pape et à l’Empereur, ainsi de simples marchands, des paysans et des pêcheurs triomphèrent des chanceleries souveraines. Cependant la trêve dite de Nice dura 10 années…

Donner son avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s