Tes petits seins,


urlz10

Tes petits seins,
Tes petits seins comme des cocos,
Séparés par un rio suave,
Musique de miel et de feu,
Rondeurs souveraines de mon cœur,
Promesses d’amour et de désillusions,
Sources de vie.

Muchacha mala que me mata.

Mon venin, ma drogue, ma petite mort,
J’écoute tes paroles et tes chants
Dans les ruelles défoncées de Marianao
Où passent les gwagwas qui dégueulent
Leurs flots de passagers comme des fourmis
vivaces, affairées à suivre tes traces
Sur le bitume malodorant,
Loin des hotels désaffectés.

 

Retour à l’accueil

Donner son avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s