Paganini, Dumas, Gaston Leroux, Jules Romain


Le grand musicien Paganini habita Rue de la Préfecture dans un appartement prété par son ami le Comte Hilarion Spitalieri de Cessole. En 1840 il y joua ses derniers accords de violon au grand soulagement de ses voisins qui le détestaient tant que l’Evêque refusa son enterrement religieux à Nice. Son corps fut transporté à Villefranche, puis à Lérins. Deux ans plus tard il fut inhumé à Gênes et enfin 56 ans plus tard à Parme…
LE COMTE DE NICE EN IMAGES  paganini_face

 

 

 

 

 

 

 

Sur Nice Alexandre Dumas disait :

« … Pour les habitants de Nice, tout voyageur est anglais ; chaque étranger arrive d’une ville fantastique perdue au milieu des brouillards, où quelquefois, par tradition, on entend parler du soleil, et que, par conséquent, on appelle London. »…

Roman Kacew alias Romain Gary (en niçois un gari est un rat) arriva à Nice à 14 ans, il y vécut avec sa mère, je n’ai pas trouvé trace de visites dans le Vieux Nice. De même pour Marie Bashkirtseff  que son journal intime rendit celebre, avant qu’elle ne meurt à 25 ans de la tuberculose.

mariebashkirtseff05

 

Gaston Leroux l’auteur du « mystère de la chambre jaune », lui, trouva sa dernière demeure au cimetière du château en 1927, sa tombe s’y trouve toujours.

100_3231

 

Jules Romain, cet écrivain de 1917 à 1919 enseigna la philosophie à Nice. Il y rencontra Maurice Maeterlinck. C’est de la vieille ville qu’il s’inspira pour écrire « La douceur de la vie » dont les héros se rencontrèrent Place Rossetti, une plaque y commémore cet évènement…

Sans titreYES

De ses balades dans le Vieux Nice il dit de façon tres imagée :

« J’ai pris le chemin de Sainte Réparate pour m’enfoncer dans la vieille ville, celle que je préfère. J’ai longé toute la suite des rues qui vont de la Place Garibaldi et qui forment comme la grand-rue commerçante de l’endroit. Quel plaisir m’ont fait ces boutiques ! Je n’en connais pas ailleurs qui m’enchantent à ce point.

Beaucoup ressemblent à un couloir, tout grand ouvert sur la rue. Les marchandises sont disposées de part et d’autre du passage médian ; elles forment des empilements ingénieux qui évoquent toutes les sortes possibles de tours, de pilastres, de colonnes, et qui joignent le sol au plafond. Même les matériaux les plus rebelles s’y soumettent : le tonneau d’anchois, le sac de café vert, le faisceau de macaronis.

La lumière du jour ne pénètre jamais bien loin ni bien fort dans ces boutiques. En été la pénombre doit y être délicieuse, pleine des odeurs de la bonne vie. En cette fin d’automne, il arrive qu’on voie un doux soleil descendre en biais le long des tours ajourées et des colonnes cannelées des marchandises dans les boutiques, pour atteindre le pied de la dernière et faire dans l’angle du fond une petite mare de chaleur épicée.

Dans les rues commerçantes, les profondes boutiques étroites accaparent tout. Et comme rien ne les sépare de la rue, ni porte ni vitres ni châssis quelconque, comme elles ouvrent tout grand sur la rue, entre deux tours ajourées de savon ou deux colonnes de boîtes coloriées, à la façon dont un port ouvrirait entre deux môles sur un détroit tranquille mais sombre, l’âme du passant quitte un instant de bord, pour aller faire avec ravissement le tour de ce havre de richesse intérieure »

De 1932 à 1935 Jules Romains retourne vivre à Nice,il retrouve Matisse, Maeterlinck et Zweig. Ensemble ils fréquentent le restaurant « Da Bouttau » et aussi chez « les deux frères » Rue du Moulin.

 

 

 

 

Donner son avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s