Tchékhov, Matisse, Apollinaire et le Vieux Nice…


Writer Anton Chekhov. January 1889. Reproduction. From the collection of the Chekhov Museum-Apartment in Moscow.

Writer Anton Chekhov. January 1889. Reproduction. From the collection of the Chekhov Museum-Apartment in Moscow.

matisse

Guillaume_Apollinaire_1914

Anton Tchékhov et Matisse résidèrent à l’Hotel Beau Rivage au 24 Rue Saint François de Paule (je n’ai découvert aucune plaque sur la façade de l’hotel..Si, elles sont à l’arrière sur le Quai des Etats Unis…errare humanum est.)

100_3179

matisse-the-bay-of-nice-1918

 

Matisse vint une première fois à Nice en 1916, Tchékhov y arriva en 1894. De 1921 à 1938 Matisse occupa le Palais Caïs de Pierlas au fond du Cours Saleya avant qu’il ne s’installe au Régina à Cimiez par commodités…

100_2779

matisse-painting-at-his-third-floor-studio-window-place-charles-felix

5-56

En arrivant à l’hotel, Tchékhov apprit que son amie de coeur venait de perdre son enfant, ce drame fut à l’origine d’une belle tragédie : « la Mouette »…

Au 2 Rue Saint François de Paule toujours, le Palais Hongran de Fiano hébergea 15 jours en 1796 Bonaparte. Mais surtout c’est dans ce palais qu’en 1897 le poète Apollinaire passa son baccalauréat et échoua. Après cet échec il flâne dans le Vieux Nice : « aux odeurs de chair crue, de pâte aigre, de morue et de latrines ».

Apres y avoir passé 12 années sa famille quitte Nice en 1899, il y revient à 34 ans et en 1914 il demande sa naturalisation et s’engage pour la guerre. Nice lui avait inspiré « Les pélerins de Laghet » et « Le Gitan ». Il y avait rencontré Lou, Louise de Coligny -Châtillon, ce fut l’amour fou, il lui écrivit quelques uns de ses plus beaux poèmes d’amour. Lou est frivole et ne l’aime pas, Elle se livre à lui une semaine, ils rompent à Marseille. Il rejoint un régiment d’artillerie à Nîmes, c’est dans le train de Nice qu’il rencontre Madeleine Pagès. Blessé en 1916, il rompt avec Madeleine.

apollinaire-et-madeleine-pagc3a8s

A un ami il recommandera : »les pâtes de Guys aux Ponchettes, les sanguins de Falicon, la daube de Bouttau, les raviolis à la blette de la Bicon, au fin fond de la promenade des anglais. » Il mourra en 1918 de la grippe espagnole sans être revenu à Nice.

400_001

Donner son avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s